ET A L’ÉTRANGER ?

EN ALBANIE :

En Albanie, la société « DigitALB » a lancé depuis le 20 décembre 2006, un service de télévision mobile en DVB-H. Un réseau de 24 émetteurs (de 150W à 2kW) couvre 65 % de la surface du pays dont la capitale, Tirana. Le service propose gratuitement un bouquet de seize chaînes.

EN ALLEMAGNE :

En Allemagne, la société Mobiles Fernsehen Deutschland (MFD) a lancé en juin 2006, à l’occasion de la Coupe du monde de football, une offre commerciale de télévision mobile (nommée Watcha) à la norme T-DMB. MFD s’appuie sur une licence nationale lui donnant accès à un canal de 1,5 MHz sur les 16 Länder. L’offre Watcha, commercialisée par les opérateurs Debitel, Mobilcom et MFD et disponible sur 16 grandes villes allemandes, propose un accès à 5 services de télévision (les chaînes de télévision publiques Eins et ZDF, la chaîne d’informations N24, la chaîne de divertissements PRO7/SAT1 et la chaîne musicale MTV) et une radio à partir de 5 euros par mois. Nokia, Philips, Universal Studios Network Deutschland et Vodaphone ont mené une coopération expérimentale à Berlin autour du projet BMCO (Broadcast Mobile Convergence), plate-forme de convergence des contenus vers les terminaux mobiles. Les tests ont été initiés en août 2003 au moment du démarrage de la TNT. Le projet a testé techniquement la transmission du DVB-H dans un multiplexe DVB-T. Après une première phase pilote, jusqu’en septembre 2004, des essais commerciaux ont eu lieu jusqu’en mars dernier. En outre, des expérimentations de télévision mobile en Allemagne ont été lancées à la norme DVB‑H en mai 2006 : les quatre opérateurs de télécommunications Vodafone, T-Mobile, O2 et E‑Plus se sont ainsi associés pour proposer sur 4 villes une offre comprenant jusqu’à 16 chaînes, pour un tarif mensuel compris entre 5 et 15 euros suivant les chaînes retenues.

EN AUTRICHE :

La filiale de TDF, MEDIA BROADCAST, a remporté l’appel à candidatures pour la diffusion du multiplexe national DVB-H en Autriche. Le service a été lancé le 5 juin 2008 pour la Coupe d’Europe de football dans les quatre villes d’accueil : Vienne, Salzbourg, Innsbruck, Klagenfurt. Le réseau a été étendu aux agglomérations d’Eisenstadt, Graz, Linz et St. Pölten et devrait atteindre un taux de couverture de 50 % de la population en 2009.

EN CORÉE DU SUD :

La Corée du Sud a été le premier pays du monde à proposer en mai 2005, deux offres de services de télévision mobile.

– La première offre provient de la société TU Média, détenue à 40 % par l’opérateur de télécommunications SK Télécom. Cette offre payante est construite à partir d’un système hybride satellitaire et terrestre à la norme S‑DMB (Satellite Digital Multimedia Broadcasting). Elle comprend un bouquet d’une douzaine de chaîne et d’une trentaine de radios, qui couvre environ 90 % de la population sud coréenne. Cette offre payante n’a pas obtenu l’adhésion escomptée initialement par TU Média, qui estime le seuil de rentabilité du service à 4,5 millions d’abonnés. Toutefois, l’offre a progressé.

– La deuxième offre, gratuite quant à elle, est proposée par un consortium regroupant 6 opérateurs de la norme T-DMB, à partir d’un réseau terrestre. Le bouquet est constitué de 7 chaînes de télévision, de 18 radios et de 6 flux de données interactifs. La rémunération des infrastructures de réseau, déployées par les éditeurs, est assurée par les équipementiers et les opérateurs télécoms, qui reversent 5 % du chiffre d’affaires issu de la vente des terminaux (à hauteur toutefois de 5 millions de récepteurs vendus). Cette offre gratuite rencontre un grand succès puisque elle comptait 8,2 millions d’utilisateurs en novembre 2007 et la grande majorité des terminaux téléphoniques vendus en Corée du Sud permettent de recevoir les services de TMP à la norme T-DMB. LG (numéro 4 mondial) détenant 55 % du marché. Le reste allant à Samsung (numéro 2 mondial).

En 2009, 6,3 millions de Coréens utilisent ainsi la télévision mobile [1].

EN CÔTE D’IVOIRE :

Depuis le premier trimestre 2009, trois opérateurs de services, la société de téléphonie mobile MTN Côte d’Ivoire, le diffuseur d’émission par câbles CanalSat Horizons et l’intégrateur de solutions Monicash viennent de lancer « MTN Mobile TV », pour un millier d’abonnés aux services de CanalSat Horizons et de MTN. Ils ont accès à une demi-douzaine de chaînes de télévision (dont TV5 Monde et France 24) et une radio, disponibles sur le bouquet du diffuseur de contenu, CanalSat Horizons. Les prévisions tablent pour la première année sur une moyenne de 3 000 abonnés.

AUX ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE :

Aux États-Unis, la Federal Communication Commission américaine (FCC) a décidé depuis octobre 2004 de libérer 20 MHz de fréquence pour favoriser les expérimentations de vidéo à destination des mobiles, ou d’accès à l’Internet haut débit sans fil. Cette expérimentation explore ainsi les possibilités laissées par la norme DVB-H de recourir à une canalisation de 5 MHz, un réseau indépendant du réseau TNT et des fréquences situées en bande L.

S’appuyant sur la technologie de diffusion MediaFlo [2] de la société Qualcomm[3], l’opérateur Verizon Wireless a lancé V CastMobile TV depuis février 2007 une offre de services de télévision mobile dans 64 grandes villes américaines [4]. L’offre est accessible à partir de 9 €/mois pour un accès à 4 chaînes [5] et 10,5 €/mois pour 11 chaînes [6]. V CastMobile TV aurait attiré en mai 2008 moins de 100 000 abonnés. En outre, AT&T Mobility a ouvert en mai 2008 ses services à partir de la même norme.

Par ailleurs, la société Modeo (ex Crown Castle [7]), qui avait piloté depuis 2 ans des expérimentations à la norme DVB-H en bande L à Pittsburgh (Pennsylvanie) et à New-York City (New-York), en partenariat avec Nokia et la société française DiBcom, et prévoyait de lancer ses offres commerciales cette année, a annoncé en juillet 2007 qu’elle se retirait du marché de la télévision mobile.

EN INDE :

Depuis mai 2007, la société Doordarshan offre un service de télévision mobile. Cinq émetteurs NEC (5 kW) couvrent sur un rayon de dix kilomètres la ville de New Delhi. L’offre gratuite est composée d’un bouquet de huit chaînes (DD 1, DD News, DD Bharati, DD Sports, DD Urdu, DD Bangla, DD Punjabi et DD Podhigai Tamil).

EN ITALIE :

En Italie, l’opérateur Tre (« 3 ») propose depuis mai 2006 (en prévision de la Coupe du monde de football, dont il détenait les droits de retransmission) une offre de services de télévision mobile à la norme DVB-H, suite au rachat des fréquences du diffuseur et éditeur d’une chaîne nationale Canale 7 disposant d’une licence de télévision numérique. Le réseau est aujourd’hui déployé sur plus d’une centaine de villes, couvrant près de 80 % de la population. L’accès au bouquet de 12 chaînes [8]. est proposé selon des formules d’abonnement à la journée (3 euros), la semaine (9 euros), le mois (19 euros) ou le trimestre (29 euros).

Tre revendiquait environ 600 000 abonnés en mai 2007, 800 000 en mai 2008 à l’une de ces formules, loin des objectifs initiaux de l’opérateur lors du lancement. Ce bilan mitigé peut s’expliquer par les raisons suivantes :

– d’une part, la réception des services de TMP est pratiquement impossible à l’intérieur des bâtiments, ce qui limite son intérêt ;

– d’autre part, les formules prépayées constituent en Italie 90 % des souscriptions à la téléphonie mobile, et de ce fait les terminaux ne font pas l’objet de subventions, contrairement à la France. Le coût d’accès au terminal TMP est donc encore élevé et n’a pas permis jusqu’à présent l’émergence d’un véritable marché de masse.

Par ailleurs, Tim-Telecom Italia et Vodafone Italia, après avoir conclu des accords avec Mediaset pour disposer d’un des deux multiplexes dont Mediaset est titulaire, ont lancé des services de télévision mobile au début du mois de septembre 2006 sur un réseau DVB-H distinct de celui de Tre. Les premiers résultats semblent là aussi relativement décevants. Première à s’être lancée, l’Italie a compté cet été, à l’occasion de la coupe du monde de football, 111 000 clients en six semaines. « Les Italiens prévoient 7 millions d’utilisateurs et 3 milliards de revenus à l’horizon 2011 », avance allègrement Emmanuel FOREST, directeur général adjoint de Bouygues Telecom.

AU JAPON :

Au Japon, une offre de télévision mobile gratuite, dénommée One-Seg, a été lancée le 1er avril 2006. Cette offre utilise le réseau de la TNT à la norme ISDB‑T [9], qui couvre 79 % de la population. Si le bouquet se limite aujourd’hui aux chaînes de la TNT, les éditeurs et les opérateurs de télécommunications [10]. souhaitent développer de nouveaux services rémunérateurs, liés notamment à l’interactivité permise par l’accès à Internet. Véritable engouement populaire, 20 millions de terminaux mobiles équipés du tuner One-Seg ont été commercialisés, et les estimations en prévoient 31 millions en 2011.

En matière de publicité, nous retrouvons au Japon des services de publicités innovantes et géo-localisées :

– Le logiciel « Seeker Wireless » propose aux opérateurs télécoms et aux prestataires de services mobiles, une plateforme permettant de diffuser des messages publicitaires sur des zones géographiques de l’ordre de 100 mètres de côté.

– Dentsu, a commencé de proposer aux chaînes de télévision diffusées sur la TNT mobile un système de liens interactifs géo-localisés pour accompagner la diffusion des programmes. Les bannières et informations apparaissant sous les images vidéo sont dépendantes du lieu où se trouve le téléspectateur, tout comme le contenu des sites mobiles auxquels ces liens renvoient. L’annonceur ne paye qu’en fonction du nombre de clics (ou d’appels reçus).

– Le service Ekitan ne tient non seulement compte de la situation géographique mais également de ses déplacements prévus. Ainsi l’individu qui se rend de Nihonbashi à Shinjuku (distants de 10 kilomètres au cœur de Tokyo), se verra proposer des réclames pour les commerces de Shinjuku (sa destination) plutôt que des annonces concernant les boutiques de Nihonbashi (son point de départ). Le service intégrera l’horaire et des types de rames (toutes stations, semi-rapides, rapides) que le voyageur est susceptible d’emprunter dans le créneau horaire. Les annonces publicitaires sont donc en adéquation avec les gares desservies par le train de l’utilisateur.

AU MAROC :

Au Maroc, depuis le 21 mai 2008, la Société Nationale de Radiodiffusion et de Télévision (SNRT), associée au constructeur de téléphonie Nokia, a lancé le service de télévision mobile grâce à la technologie DVB-H [11]. Le bouquet de chaînes proposé gratuitement comprend deux chaînes généralistes et trois chaînes thématiques du pôle public audiovisuel [12]. Lors de la cérémonie de lancement, en présence du ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Fayçal Laraïchi, le président-directeur général de la SNRT, a indiqué que de nouveaux services (mini-chaînes, applications locales) seront créés prochainement mais payants. Ce service est actuellement disponible dans cinq zones urbaines : Dar el-Beida (Casablanca), Rabat-salé, Tanger, Meknès et Oujda. L’extension de la couverture se réalisera progressivement avec l’extension du réseau de la TNT, le système analogique étant abandonné en 2015 dans l’ensemble du Maroc.

EN NORVÈGE :

En Norvège, MiniTV [13] a lancé un petit bouquet TMP, de six chaînes vidéo [14] diffusées dans le standard DMB [15] et quinze radios diffusées en DAB. La zone de couverture est pour l’instant limitée à la capitale, Oslo, et ses environs par quatre émetteurs. Aucune date n’ayant été fixée pour une diffusion plus large. Il est prévu de lancer d’ici la fin de l’année des services interactifs, des infos trafic et des programmes à la demande. Normalement, les chaînes publiques du diffuseur NRK resteront gratuites tandis les autres chaînes TV2 et MTG pourront instaurer un modèle crypté payant.

AU PAYS-BAS :

Aux Pays-Bas, l’opérateur national KPN a lancé en juin dernier son offre de 10 chaînes, au tarif relativement élevé de 10 €/mois. Plusieurs terminaux ont été lancés à cette occasion sur le marché néerlandais, dont certains capables de gérer le « time shifting » (visionnage en léger différé d’un programme) ou encore le « split-screen » (permettant de regarder deux services de télévision en même temps).

EN POLOGNE :

Depuis septembre 2009, l’opérateur Info-TV-FM propose la TMP gratuitement dans une dizaine de villes dont Varsovie, Poznan, Cracovie, Łódz, Lublin, Katowice, Słupsk, Gorzów, Zielona Góra et Elbląg. Au total, plus de 5,5 millions de personnes peuvent, en théorie, bénéficier des programmes de la télévision mobile sous réserve d’être équipés d’un terminal compatible avec le standard DVB-H. Or ces terminaux en question coûte relativement cher et reste très difficile à trouver en Pologne. Par ailleurs, le Conseil polonais de la Concurrence et de la Protection des Consommateurs (UOKiK) a annoncé le 26 septembre 2010 l’ouverture d’une enquête contre les quatre opérateurs de téléphonie mobile (Era, Orange, Plus et Play), accusés d’entente illicite visant à compromettre le développement de la TMP. Des perquisitions ont eu lieu aux sièges de Polkomtel et de Polska Telefonia Cygrowa.

AU ROYAUME-UNI :

Au Royaume-Uni, Virgin Mobile propose une offre de services de télévision et radio numérique au tarif de 7,5 €/mois depuis la fin d’année 2006, à partir du réseau de diffusion « Movio » de l’opérateur national British Telecom (BT) à la norme DAB, qui couvre 80 % de la population. L’offre se limite en matière de télévision à la diffusion de 4 services : BBC1, ITV, Channel 4, et E4. Toutefois, fin juillet 2007, au vu des résultats très décevants de cette offre (10 000 abonnés seulement), BT décidait de mettre un terme au partenariat avec Virgin Mobile, obligeant ce dernier à mettre fin à son service.

EN SUISSE :

En Suisse, la Commission fédérale de la communication (ComCom) a octroyé une concession nationale de dix ans à Swisscom Broadcast SA. Cette société a lancé la Bluewin TV Mobile en juin 2008, à l’occasion du championnat d’Europe de football, dans quatre régions [16]. Elle offre une vingtaine de services sur l’ensemble du territoire suisse proposée à 8 €/mois. Par manque d’appareils équipés en tuner DVB-H sur le marché, Bluewin TV Mobile s’est arrêté en avril 2010. Il a été remplacé par Swisscom TV Air qui utilise les réseaux Wifi et 3G (en concurrence avec les services Wattoo et Wilma). On estimait que plus de 44 % de la population était couverte par la TMP en DVB-H à la fin de l’année 2008 et 60 % en 2012.


Notes :

[1] Nous verrons sur ce sujet les articles : « L’Asie se pose en premier de la classe », revue CB News, n° 958, 25 février 2008 ; « Télévision : Le coréen LG a deux ans d’avance », revue Capital, mars 2008, p. 80.

[2] Qualcomm avait acquis en juin 2003 pour 38 millions de dollars le canal UHF 55 (716 – 722 MHz), au cours d’enchères lancées par la FCC. Sur la bande UHF 700 Mhz (bande passante de 6 MHz), la technologie MediaFlo (Media Forward Link Only) permet de délivrer 25 images à la seconde, au format QVGA en MPEG-4 (320 x 240 pixels, 25 images par seconde), avec un zapping de 2 secondes entre les chaînes.

[3] La société Qualcomm est l’une des spécialistes de la technologie américaine de téléphonie cellulaire CDMA. Elle possède de très nombreux brevets dans ce domaine, dont elle a vendu les licences d’exploitation à plus de 65 équipementiers dans le monde. Cette société a également conçu une plate-forme d’applications mobiles (Brew), et développe des solutions de géo localisation.

[4] Little Rock, Phoenix, Tucson, Los Angeles, Palm Springs, San Diego, San Luis Obispo, Santa Barbara, Washington, Colorado Springs, Denver, Fort Collins, Jacksonville, Ocala-Gainesville, Orlando, Tampa, Athens, Atlanta, Chicago, Indianapolis, Kansas City, Topeka, Wichita, Lafayette, New Orleans, Annapolis, Baltimore, Detroit, Grand Rapids, Minneapolis-St. Paul, Kansas City, St. Louis, Omaha-Lincoln, Las Vegas, Reno, Albuquerque-Santa Fe, Las Cruces, New York City, Rochester, Syracuse, Cincinnati, Columbus, Dayton, Toledo, Corvallis, Eugene, Portland, Philadelphia, Pittsburgh, Charleston, Chattanooga, Memphis, Nashville, Corpus Christi, Dallas-Fort Worth, El Paso, McAllen-Brownsville, Provo, Salt Lake City, Norfolk-Richmond, Bellingham, Seattle, Spokane, Everett.

[5] Fox Mobile, NBC, NBC News et CBS Mobile.

[6] CBS Mobile, Comedy Central, ESPN, ESPN Radio, Fox Mobile, MTV, MSNBC, NBC, NBC News, Nickelodeon, TR3S.

[7] La société Crown Castle avait remporté aux enchères, pour un montant de 12 millions de dollars, une licence exclusive lui permettant d’exploiter une bande de fréquence d’une largeur de 5 MHz, située en bande L, précédemment utilisée pour les ballons sondes et les liaisons descendantes de satellites météorologiques. Elle avait également réalisé un partenariat avec la plateforme satellite SES Americom, dans le but d’alimenter, à partir du satellite AMC-9 et en bande Ku, des sites d’émissions DVB-H qu’elle souhaitait déployer sur le continent américain.

[8] Chaînes de la RAI, du groupe Mediaset, de Sky, ainsi que 2 chaînes éditées directement par Tre : Tre Sport et Tre Live (chaîne d’information).

[9] La norme ISDB-T permet la diffusion de services de télévision mobile sur un segment temporel, les 12 autres segments assurant la diffusion des services de la TNT.

[10] NTT DoCoMo, KDDI, Vodafone et Softbank.

[11] Dans une déclaration à la MAP, Serge FERRE, vice-président de Nokia, a indiqué que le choix de cette technologie constituait « un signal fort » qui témoigne de la capacité du Maroc à être en phase avec les dernières nouveautés survenues en matière de télévision mobile.

[12] TVM Al Aoula (première chaîne de télévision marocaine), 2M, Arryadia (chaîne consacrée au sport), Arrabia (chaîne dédiée à la culture et au soutien scolaire) et Assadissa (chaîne à vocation religieuse).

[13] Le service de TMP MiniTV est géré par la NMTV (Norwegian Mobile TV Corporation), une co-entreprise comprenant les trois grands diffuseurs norvégiens NRK, TV 2 et MTG. La licence de MiniTV est valable depuis juillet 2011.

[14] On y retrouve les chaînes NRK1, NRK2, NRK3, TV 2, TV 2 News 24 et Viasat TV 3.

[15] Le choix du DMB a été préféré par le ministère de la Culture norvégien au format DVB-H choisi par l’Union européenne.

[16] Bâle, Berne, Zurich et Genève.

A propos Bertrand Minisclou

AMOA, ingénieur développement logiciel, chargé d'études en marketing et historien.
Cet article, publié dans Télévision mobile, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.